Soutenance de thèse

Soutenance de thèse de Stany MAZURKIEWICZ


Infos

Dates
Le lundi 31 mai 2021
Lieu
En visioconférence
Horaires
À partir de 14h

Postkantisme et révolution algébrique. Etude sur la philosophie des mathématiques de Hegel et Bolzano

 

Stany MAZURKIEWICZ

Co-Promoteurs : Monsieur Bruno Leclercq et Monsieur Jean-Renaud Seba

 

À travers trois figures importantes de la philosophie, Kant (1724-1804), Hegel (1770-1831) et Bolzano (1781-1848), la thèse de S. Mazurkiewicz étudie une séquence précise de l'histoire de la philosophie, celle qui va de la "Critique de la raison pure" de Kant (1ère édition en 1781) aux "Paradoxes de l'infini" de Bolzano (édition posthume en 1851), en cherchant à montrer que l'évolution de la philosophie est inséparable du développement des sciences qui lui sont contemporaines. Autour de l'année 1800, entre la génération de Kant et celles qui la suit, se produit une véritable révolution paradigmatique dans le domaine mathématique, qui se trouve qualifiée de "révolution algébrique" et est exposée comme vis-à-vis de la "révolution copernicienne" que Kant assumait mener à peu près au même moment dans son œuvre, dans l'ignorance et parfois le refus de ces nouveautés d'ordre mathématique. Kant entendait ancrer sa philosophie sur une science mathématique "intuitive", fondée sur la géométrie. Mais bientôt un nouveau paradigme mathématique, centré sur l'algèbre et la logique, allait venir ébranler cette conception millénaire des mathématiques. Héritiers assumés de Kant, Hegel et Bolzano seront cependant parmi les premiers à intégrer ces changement scientifiques fondamentaux dans leurs systèmes philosophiques respectifs, pourtant largement divergents, à tel point que des traditions opposées voire parfois déclarées ennemies se revendiqueront de l'un ou de l'autre de ces philosophes. C'est à la condition de situer ces points de divergences dans le cadre de leur héritage scientifique commun - ici les bouleversements enclenchés par la "révolution algébrique" - que le terrain d'un dialogue possible semble alors se dessiner. L'auteur pointe pour finir trois questions qui deviendraient définitoires d'une philosophie qui pourrait être qualifiée de "postkantienne" : le rapport à la science, le rapport au langage, le rapport à la question du sujet.

 

 

Jury de la soutenance :

 

Président : Monsieur Olivier Dubouclez

Secrétaire : Monsieur Bruno Leclercq

Membres :

  • Monsieur Jean-Renaud Seba
  • Monsieur Bruno Haas (Maître de conférences à l'Université de Paris I - Panthéon-Sorbonne)
  • Madame Hourya Benis Sinaceur (Directrice de recherche émérite au CNRS (Institut d'Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques)



Vous désirez assister à la soutenance de thèse ? 

La session est publique et accessible à tous via ce lien  : 

https://stream.lifesizecloud.com/extension/9272029/eecc0e1d-aa0d-41f4-b819-abec6e7ab6b8

Partagez cet agenda